Samedi 23 septembre 2017

Cyrus, le Messie de Dieu (Esdras 1,1-11)


Lire le texte

On a coutume de présenter le retour d’exil comme un nouvel exode, cet événement fondateur de l’histoire juive. Pour le peuple qui se trouvait exilé à Babylone, loin de sa terre, du temple, sans structure politique, avec le sentiment d’avoir été puni par Dieu et abandonné de lui, un renouveau est offert, une histoire nouvelle peut commencer. L’exode n’est pas dans un passé ancien, et les exilés devaient certainement se le remémorer avec tristesse et nostalgie lors de chaque Pâque, mais il est une réalité présente qui ouvre l’avenir. Tout arrive grâce au roi de Perse Cyrus, dont «l’esprit a été éveillé par Dieu» (v. 1) pour proclamer cet édit de retour, accompagné d’une aide généreuse pour que ce retour de déportation puisse bien se passer. Le Deutéro-Esaïe dit même de Cyrus qu’il est le Messie de Dieu (cf. Esaïe 45,1), titre incroyable pour un roi païen! Il est beau que le livre d’Esdras, par ailleurs si souvent nationaliste et militant pour un «apartheid» ethnoreligieux, s’ouvre dans cette lumière universaliste. Dieu n’a pas choisi un nouveau Moïse pour ce nouvel exode, ni un prophète, ni un prêtre, mais un païen qui reconnaît d’une certaine manière que sa puissance lui est donnée par une Puissance supérieure et qu’il a à l’utiliser pour le bien de tous ses administrés. Cyrus qui se laisse inspirer et ouvrir à la bienveillance et à la générosité par un Dieu inconnu de lui, voilà qui est à méditer!

Rédouane Es-Sbanti

Prière: Seigneur, dans notre monde de violences et de haines où tant d’êtres humains vivent des exils physiques ou spirituels, suscite de nouveaux Cyrus, des responsables politiques qui se laissent inspirer par toi pour le bien des plus faibles.  

Référence biblique : Esdras 1, 1 - 11

Commentaire du 24.09.2017
Commentaire du 22.09.2017